Un droit au travail ? Les promesses d'une utopie

You are here: Home / Ressources / Un droit au travail ? Les promesses d'une utopie
Views
116 min.

Emmanuel Dockès, professeur de droit privé à l’université de Paris Ouest Nanterre - La Défense
Marc Pichard, professeur de droit privé à l’université de Paris Ouest Nanterre - La Défense, co-directeur du CRD&P (EA 4487)

Affichage ? Incantation ? Ironie ? Cruauté ? La reconnaissance d’un droit au travail ou d’un droit d’obtenir un emploi laisse perplexe – à l’heure où les politiques publiques semblent désarmées, incapables de satisfaire le besoin d’emploi. Pourtant les textes - la constitution du 27 octobre 1946 ou le pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels – qui reconnaissent un tel droit sont sollicités par les juridictions françaises, à l’appui de certaines de leurs décisions. Le droit au travail existerait donc, sans pour autant être un droit véritable (certains diraient opposable) puisque le chômage persiste. L’aporie avait été dénoncée par Tocqueville, dès 1848 : la reconnaissance d’un tel droit serait incompatible avec un système économique libéral – ce qui expliquerait son statut juridique ambigu. Le droit au travail ne pourrait être – ne devrait être ? - qu’une illusion. L’affirmation mérite toutefois d’être discutée – et les potentialités de ce droit mal aimé explorées.


Printemps des SHS 2012PRINTEMPS DES SHS 2012 - QUE FAIRE DU TRAVAIL ?

Emmanuel Dockès, professeur de droit privé à l’université de Paris Ouest Nanterre - La Défense
Marc Pichard, professeur de droit privé à l’université de Paris Ouest Nanterre - La Défense, co-directeur du CRD&P (EA 4487)
Affichage ? Incantation ? Ironie ? Cruauté ? La reconnaissance d’un droit au travail ou d’un droit d’obtenir un emploi laisse perplexe – à l’heure où les politiques publiques semblent désarmées, incapables de satisfaire le besoin d’emploi. Pourtant les textes - la constitution du 27 octobre 1946 ou le pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels – qui reconnaissent un tel droit sont sollicités par les juridictions françaises, à l’appui de certaines de leurs décisions. Le droit au travail existerait donc, sans pour autant être un droit véritable (certains diraient opposable) puisque le chômage persiste. L’aporie avait été dénoncée par Tocqueville, dès 1848 : la reconnaissance d’un tel droit serait incompatible avec un système économique libéral – ce qui expliquerait son statut juridique ambigu. Le droit au travail ne pourrait être – ne devrait être ? - qu’une illusion. L’affirmation mérite toutefois d’être discutée – et les potentialités de ce droit mal aimé explorées.

Last resources uploaded
Franck Bodin, Pascaline Miannay, Alfonso Pinto, Nathalie Bétourné
Tout ce qui touche à l’eau ou se passe dans les airs est objet de fascination...
Anne Besson, Irène Langlet, Simon Bréan, Emmanuelle Poulain-Gautret
Quels savoirs transmettre à propos de la SF, genre propice aux expérimentations formelles ...
Frédéric Landragin, Cédric Patin
La découverte d’une civilisation inconnue et l’établissement d’un contact avec autrui ont des ...
Jean-Gabriel Ganascia, Jérome Foncel
Bien mal lui en prit, car une fois morte et réincarnée, elle se montra si envahissante ...