Un droit au travail ? Les promesses d'une utopie

Vous êtes ici : Accueil / Ressources / Un droit au travail ? Les promesses d'une utopie
Vues
116 min.

Emmanuel Dockès, professeur de droit privé à l’université de Paris Ouest Nanterre - La Défense
Marc Pichard, professeur de droit privé à l’université de Paris Ouest Nanterre - La Défense, co-directeur du CRD&P (EA 4487)

Affichage ? Incantation ? Ironie ? Cruauté ? La reconnaissance d’un droit au travail ou d’un droit d’obtenir un emploi laisse perplexe – à l’heure où les politiques publiques semblent désarmées, incapables de satisfaire le besoin d’emploi. Pourtant les textes - la constitution du 27 octobre 1946 ou le pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels – qui reconnaissent un tel droit sont sollicités par les juridictions françaises, à l’appui de certaines de leurs décisions. Le droit au travail existerait donc, sans pour autant être un droit véritable (certains diraient opposable) puisque le chômage persiste. L’aporie avait été dénoncée par Tocqueville, dès 1848 : la reconnaissance d’un tel droit serait incompatible avec un système économique libéral – ce qui expliquerait son statut juridique ambigu. Le droit au travail ne pourrait être – ne devrait être ? - qu’une illusion. L’affirmation mérite toutefois d’être discutée – et les potentialités de ce droit mal aimé explorées.


Printemps des SHS 2012PRINTEMPS DES SHS 2012 - QUE FAIRE DU TRAVAIL ?

Emmanuel Dockès, professeur de droit privé à l’université de Paris Ouest Nanterre - La Défense
Marc Pichard, professeur de droit privé à l’université de Paris Ouest Nanterre - La Défense, co-directeur du CRD&P (EA 4487)
Affichage ? Incantation ? Ironie ? Cruauté ? La reconnaissance d’un droit au travail ou d’un droit d’obtenir un emploi laisse perplexe – à l’heure où les politiques publiques semblent désarmées, incapables de satisfaire le besoin d’emploi. Pourtant les textes - la constitution du 27 octobre 1946 ou le pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels – qui reconnaissent un tel droit sont sollicités par les juridictions françaises, à l’appui de certaines de leurs décisions. Le droit au travail existerait donc, sans pour autant être un droit véritable (certains diraient opposable) puisque le chômage persiste. L’aporie avait été dénoncée par Tocqueville, dès 1848 : la reconnaissance d’un tel droit serait incompatible avec un système économique libéral – ce qui expliquerait son statut juridique ambigu. Le droit au travail ne pourrait être – ne devrait être ? - qu’une illusion. L’affirmation mérite toutefois d’être discutée – et les potentialités de ce droit mal aimé explorées.

Dernières ressources mises en ligne
Christian Mahieu, Maïa Dereva, Simon Sarazin, Stéphanie Bost
Dans des contextes sociaux et politiques différents, en France mais aussi dans de nombreux pays...
Claire Zalc, Danielle Delmaire
Lancée dès les premiers jours de son existence par le régime de Vichy, la dénaturalisation...
Estelle Ferrarese, Mariella Palmieri
Si dans la plupart des luttes politiques et sociales la question du sujet collectif
Christine Liefooghe, Éric Leclerc
La Chine a choisi de participer à la mondialisation capitaliste: elle est devenue...

MESHS LogoNOIR

Publi.MESHS

L'ambition de Publi.MESHS est d'offrir une vitrine à la culture scientifique en sciences humaines et sociales.
La Maison européenne des sciences de l'homme et de la société y présente les documents multimédias issus de son programme de médiation scientifique ou produits par les projets de recherche qu'elle héberge.


En savoir (+)

RSS publi.meshs Twitter publi.meshs