Rire et totalitarismes

Vous êtes ici : Accueil / Ressources / Rire et totalitarismes
116 min


Conférences d'Annette Disselkamp, maître de conférences en sociologie à l'Université Lille 1 et de Marie-Anne Matard-Bonucci, professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 8, membre de l'Institut universitaire de France.

Modération : Holger Schmid, maître de conférences en philosophie à l'Université Lille 3.

Adorno et le rire
Considérant le «fun» comme un «bain d’acier», T.W. Adorno décrit le rire comme réactionnaire, abrutissant, conformiste : être joyeux, c’est être d’accord, dit-il. Toute sa hargne se tourne contre l’industrie culturelle, qui dégrade tout plaisir en un produit de masse et dont la seule finalité consiste à faire oublier par là même qu’il n’y a pas de quoi rire. Cependant, en dehors du rire mauvais, confiné dans l’apparence, il existe également un rire libérateur et émancipateur. Nous allons essayer d’en retrouver les rares traces chez le philosophe.
A. D.

Rire sans éclats : le rire sous le fascisme
Comment et de quoi riait-on sous le fascisme italien? Que nous apprend le rire sur le totalitarisme? Ces questions seront posées en examinant les différentes facettes du rire – comique théâtral ou cinématographique, satire politique, plaisanteries – et les tentatives du régime pour les contrôler. On reviendra aussi sur la volonté du régime  de programmer un rire sur ordonnance et de provoquer un «rire sans éclats» et sur ce que nous apprend l’échec de telles tentatives.
M.-A. M.-B.


Conférences d'Annette Disselkamp, maître de conférences en sociologie à l'Université Lille 1 et de Marie-Anne Matard-Bonucci, professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 8, membre de l'Institut universitaire de France.

Modération : Holger Schmid, maître de conférences en philosophie à l'Université Lille 3.

Adorno et le rire
Considérant le «fun» comme un «bain d’acier», T.W. Adorno décrit le rire comme réactionnaire, abrutissant, conformiste : être joyeux, c’est être d’accord, dit-il. Toute sa hargne se tourne contre l’industrie culturelle, qui dégrade tout plaisir en un produit de masse et dont la seule finalité consiste à faire oublier par là même qu’il n’y a pas de quoi rire. Cependant, en dehors du rire mauvais, confiné dans l’apparence, il existe également un rire libérateur et émancipateur. Nous allons essayer d’en retrouver les rares traces chez le philosophe.
A. D.

Rire sans éclats : le rire sous le fascisme
Comment et de quoi riait-on sous le fascisme italien? Que nous apprend le rire sur le totalitarisme? Ces questions seront posées en examinant les différentes facettes du rire – comique théâtral ou cinématographique, satire politique, plaisanteries – et les tentatives du régime pour les contrôler. On reviendra aussi sur la volonté du régime  de programmer un rire sur ordonnance et de provoquer un «rire sans éclats» et sur ce que nous apprend l’échec de telles tentatives.
M.-A. M.-B.


Dernières ressources mises en ligne
Christian Mahieu, Maïa Dereva, Simon Sarazin, Stéphanie Bost
Dans des contextes sociaux et politiques différents, en France mais aussi dans de nombreux pays...
Claire Zalc, Danielle Delmaire
Lancée dès les premiers jours de son existence par le régime de Vichy, la dénaturalisation...
Estelle Ferrarese, Mariella Palmieri
Si dans la plupart des luttes politiques et sociales la question du sujet collectif
Christine Liefooghe, Éric Leclerc
La Chine a choisi de participer à la mondialisation capitaliste: elle est devenue...

MESHS LogoNOIR

Publi.MESHS

L'ambition de Publi.MESHS est d'offrir une vitrine à la culture scientifique en sciences humaines et sociales.
La Maison européenne des sciences de l'homme et de la société y présente les documents multimédias issus de son programme de médiation scientifique ou produits par les projets de recherche qu'elle héberge.


En savoir (+)

RSS publi.meshs Twitter publi.meshs